À la une | 24/02/2017

«Ce qui nous lie, c'est l'humain»

L'artiste franco-algérien Rachid Koraïchi a rendu visite au maire Hubert Wulfranc ce vendredi 24 février, à Saint-Étienne-du-Rouvray. Les deux hommes ont longuement échangé sur la nécessité du bien vivre ensemble.

C'est en tant qu'artiste reconnu dans le monde entier que Rachid Koraïchi s'est rendu sur la commune, afin de manifester au maire et à la population stéphanaise son entière solidarité, ces quelques mois après l'attentat du 26 juillet qui a coûté la vie au prêtre Jacques Hamel. «Si quelqu'un doit essayer de recoudre les plaies après ce drame, c'est à nous de le faire», a-t-il déclaré à l'issue de l'entretien.
Le drame du 26 juillet a douloureusement fait écho à ce que l'artiste plasticien a lui-même vécu en tant qu'Algérien pendant les massacres civils qui ont déchiré son pays dans les années 1990. L'attentat de l'église Saint-Étienne a également fait écho à l'assassinat des sept moines trappistes de Tibhirine, le 21 mai 1996. C'est en leur mémoire que Rachid Koraïchi a produit en 2004, avec sept écrivains, la série de livres d'artiste Les Sept Dormants (Actes Sud), chaque ouvrage portant le nom d'un des moines assassinés. Le titre de cette œuvre s'inspire de la sourate XVIII du Coran, intitulée La Caverne, qui relate le miracle des Sept Dormants d'Éphèse, miracle commun aux chrétiens et aux musulmans.
Rachid Koraïchi a reçu en 2011 le prix international Jameel qui récompense des artistes et des designers s’inspirant des traditions islamiques dans les domaines de l’art, de l’artisanat et du design, pour son œuvre Maîtres invisibles. L'œuvre regroupe 99 étendards en coton appliqué, dont 98 en l'honneur de quatorze grands mystiques de l'islam et un dédié à Allah.
«Nos religions chrétienne et musulmane sont comme une échelle double, a-t-il expliqué, si l'on croit en Dieu, on se retrouve automatiquement au sommet. Il y a plein de gens bien partout, croyants ou non. Ce qui nous lie, c'est l'humain. Le vivre ensemble est pour nous autres soufis une chose fondamentale».
Rachid Koraïchi a exposé aux États-Unis, en France, en Égypte, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Jordanie, en Tunisie, en Irak, au Portugal, au Koweit, au Venezuela, à Cuba, en Italie, en Algérie…

Photo : Jean-Pierre Sageot

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS