À la une | 26/07/2017

Cérémonies du 26 juillet: inauguration de la stèle républicaine

Après avoir inauguré la stèle républicaine pour la paix et la fraternité, le chef de l'État a adressé les remerciements de la Nation aux Stéphanais. Le maire a quant à lui rappelé que le «bien vivre ensemble» était une volonté «bien réelle» à Saint-Étienne-du-Rouvray.

«Il y a un an, vous avez donné cet exemple à toute la France», a dit Emmanuel Macron aux Stéphanais venus assister en nombre aux cérémonies en mémoire de Jacques Hamel, ce mercredi 26 juillet, sur la place de l'église Saint-Étienne.
Par cet «exemple», a expliqué le chef de l'État, ils ont fait échouer les «terroristes», auteurs de la mort du prêtre catholique, «dans leur soif de semer parmi les catholiques de France la vengeance et les représailles».
«Je vous remercie monsieur le député, monsieur le maire, je remercie les habitants de Saint-Étienne-du-Rouvray, a poursuivi Emmanuel Macron, d'avoir donné cet exemple à toute la France, d'avoir refusé cette soif de vengeance et de représailles […] Cet exemple d'appaisement que vous avez offert à la France appelle toute notre gratitude.»
Le président de la République a également réaffirmé la place légitime de chaque religion au sein de la République: «La République repose sur l'amour et le respect de l'humanité, lorsque c'est la foi qui maintient cet idéal, elle a toute sa place dans la République», avant de renouveler ses remerciements aux Stéphanais: «Merci de nous avoir rendus chacun plus fidèle encore à ce que nous sommes, à ce que [les terroristes] ont voulu abattre.»
Peu auparavant, à la même tribune, le maire, Joachim Moyse, avait lui aussi mis en exergue le comportement exemplaire des Stéphanais après le drame: «Le piège de ceux qui cherchent à diviser et à opposer, de ceux qui soufflent sur les braises des peurs et de la haine ne s'est pas refermé… parce que les Stéphanaises et les Stéphanais sont fidèles à leurs valeurs.»
Le maire a en outre rappelé que «la volonté de bien vivre ensemble» des habitants restait, ici à Saint-Étienne-du-Rouvray, «bien réelle». Ce comportement exemplaire a «démontré, a-t-il enfin expliqué, toute l'utilité du service public local».
Ces prises de paroles suivaient l'inauguration de la stèle «pour la paix et la fraternité» érigée au chevet de l'église en mémoire de Jacques Hamel. Stèle dont l'archevêque, Dominique Lebrun, a commenté les visages qui y sont découpés: «ces figures qui semblent être dans l'ombre cherchent la lumière», lumière ici représentée par les mots de la Déclaration universelle des droits de l'homme gravés dans l'inox.
Des mots «au nom desquels nous avons continué à tisser et retisser plus profondément encore le lien social», a pour sa part indiqué le député de la 3e circonscription de Seine-Maritime, Hubert Wulfranc, désignant lui aussi le visage de Jacques Hamel, qu'y ont gravé les artistes Marie-Laure Bourgeois et Vincent Bécheau, comme «la silhouette familière de notre vie quotidienne qui appartient aujourd'hui à notre ligne d'horizon».
L'ancien maire a conclu son allocution en faisant part de sa «hâte» de voir bientôt «les enfants des écoles, leurs maîtresses et leurs maîtres, prendre possession [de cette stèle]. Il nous tarde de regarder leur liberté sous les auspices de Jacques Hamel».
Les cérémonies se sont clôturées par un rafraichissement dans le jardin de l'espace Georges-Déziré, tandis que le président de la République rencontrait à huis clos les victimes et leurs familles dans le presbytère où vivait Jacques Hamel.

> Téléchargez le discours du maire

> Téléchargez le discours du chef de l'État

> Téléchargez le discours de Mgr Lebrun

> Téléchargez le discours du député

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS