Les arts plastiques, une culture stéphanaise

Saint-Etienne-du-Rouvray terre d'arts plastiques. Ne cherchez pas de musée, ni de galerie d'art... Et pourtant les œuvres sont là et les artistes aussi, porteurs tout à la fois d'un art exigeant et populaire. Exigeant avec l'Union des arts plastiques, une des premières de France, qui s'attache à promouvoir la création contemporaine. Populaire, parce que les œuvres sont le plus souvent présentées sur les cimaises du Rive Gauche et des centres socioculturels au cœur des quartiers. À l'image de cette mosaïque de Kijno, "Hommage à Louise Michel", visible dans le collège du même nom, entièrement rénovée en 2010 (notre photo ci dessus) ou la sculpture Combat de coqs d'Édouard Pignon (ci dessous) dans le collège Pablo Picasso. Populaire parce que quand, chaque année les Stéphanais exposent, comme en témoigne la manifestation du même nom, ils sont nombreux à présenter leurs œuvres... et à venir les voir. Cet attachement aux arts plastiques et à la peinture est relayé par les ateliers des centres socioculturels ainsi que par la Ville au travers d'une politique d'acquisition d'œuvres contemporaines. Au fil des ans, elle a permis de constituer un fonds de plus de 400 œuvres. Elles sont présentées dans les accueils et bureaux municipaux voire en extérieur, à l'image de sculptures monumentales. Ce fonds vous est dévoilé sur ce site au travers d'expositions virtuelles.

Témoignage de l'engagement stéphanais de longue date en faveur de la culture, la ville est dépositaire des colliers créés dans les années 1930 par l'écrivaine Elsa-Triolet, offerts par Louis Aragon. Vous pouvez également découvrir ces colliers grâce à l'exposition virtuelle présentée sur ce site.

Combat de coqs, sculpture d'Edouard Pignon