Grève mardi 18 octobre: des perturbations prévues sur le territoire communal

Plusieurs syndicats appellent à une journée de grève interprofessionnelle le 18 octobre. Le mouvement pourrait être particulièrement suivi à la SNCF et dans la fonction publique.

Alors que plusieurs raffineries TotalEnergies sont toujours bloquées par leurs salariés réclamant des hausses de salaires, les principales organisations syndicales appellent à élargir le mouvement ce mardi 18 octobre. L’étendue de la mobilisation n’est pas encore évaluée, elle pourrait néanmoins trouver un certain écho dans la fonction publique ainsi que plusieurs autres branches professionnelles.

Des conséquences pour la restauration scolaire et les animalins

Si le mouvement de grève était rejoint par les professions d’enseignants, la grève pourrait impacter jusqu’à l’ouverture même des écoles. À Saint-Étienne-du-Rouvray, le fonctionnement des services municipaux sera perturbé dans plusieurs établissements:.

mise à jour: Les informations ci-dessus seront actualisées dans la journée en cas de nouvelles informations collectées par la Ville.

En tout, l’appel à une journée de grève et de manifestations interprofessionnelles mardi 18 octobre est porté par la Confédération générale du travail (CGT), Force ouvrière (FO), l’union syndicale Solidaires, la Fédération syndicale unitaire (FSU) et les organisations de jeunesse la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL), l’Union nationale des étudiants de France (UNEF), le Mouvement national lycéen (MNL) et La Voix lycéenne.

Faire tâche d’huile

Le gisement de ce mouvement de grève remonte à fin septembre, lorsque les salariés de plusieurs raffineries françaises appartenant aux groupes TotalEnergies et Esso-ExxonMobil ont démarré un grève. Tous réclament une augmentation de salaires de 7,5 à 10 % au titre de l’inflation, mais aussi au nom de la redistribution des profits records effectués par leurs entreprises en 2022 (autour de 18 milliards d’euros au deuxième trimestre au niveau mondial). Ces grèves ont occasionné des situations inédites dans tout le pays avec la fermeture de nombreuses stations-services qui n’étaient plus approvisionnées en carburants (prés d’un tiers des stations françaises). S’en sont suivies de longues files d’attentes quotidiennes pour les automobilistes. Les syndicats tentent aujourd’hui de se saisir de l’impact du mouvement auprès d’un large public pour étendre la mobilisation et faire tâche d’huile avec d’autres secteurs professionnels où, comme dans tout le pays, les salariés sont largement impactés par l’inflation générale des prix, de l’alimentaire, de l’énergie, etc.

(Page mise à jour lundi 17 octobre à 11h50)
Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×