Minima sociaux versés à temps

Malgré le confinement, les services publics continuent d'assurer le paiement des minima sociaux. Photo: Jean-Pierre Sageot.

Les allocataires des minima sociaux peuvent se rendre dès aujourd’hui lundi 6 avril dans le bureau de Poste du Château blanc pour retirer leur argent. Les demandeurs d’emploi en fin de droit sont prolongés automatiquement mais doivent s’actualiser. Les demandeurs d’emploi n’ayant pas d’internet et de téléphone peuvent s’actualiser via la boîte aux lettres de leur agence.

La Caf de Seine-Maritime, le Département, Pôle emploi, La Poste ont mis en place des mesures spéciales afin de garantir aux bénéficiaires des minima sociaux le versement de leur allocation dans les meilleurs délais.

Les 46.660 bénéficiaires du RSA ont ainsi perçu leur allocation «dès ce samedi 4 avril», assure un communiqué du Département de Seine-Maritime responsable de ce versement en lien avec la Caf. Les allocataires ont pu retirer des espèces, dès samedi 4 avril, aux guichets automatiques de La Poste qui affirme que «plus de la moitié des foyers bénéficiaires des minima sociaux sont clients de La Banque Postale».

Retrait au guichet de La Poste

Aujourd’hui 6 avril, les allocataires sans compte bancaire peuvent retirer leur argent au guichet du bureau de Poste du Château blanc de 9 heures à midi et de 14 à 17 heures, en respectant les consignes sanitaires. Ces retraits en espèces ont été avancés d’une journée par rapport au calendrier habituel.

Trente-deux bureaux de poste sont ouverts dans le département. À l’échelle du pays, ce sont 1.850 bureaux qui, cette semaine, ont renforcé leurs amplitudes horaires. Ce service est indispensable aux 1,5 million de personnes «en accessibilité bancaire [qui] viennent retirer leurs allocations en espèces dans les bureaux de poste chaque mois», indique La Poste.

Actualisation des demandeurs d’emploi

À Pôle Emploi, Mohamed Slimani, directeur de l’agence stéphanaise, assure quant à lui que les actualisations des demandeurs d’emploi sont à «leur niveau habituel, on ne note aucun retard particulier».

Les agences Pôle Emploi ne reçoivent plus de public mais des permanences y sont assurées afin de permettre aux demandeurs d’échanger avec des conseillers via les visiophones installés à l’entrée. Les demandeurs d’emploi ne disposant ni d’internet ni d’un téléphone peuvent actualiser leur situation en déposant un document papier dans la boîte aux lettres de leur agence: «j’ai traité personnellement deux cas ces jours-ci», explique le directeur d’agence.

Les demandeurs en fin de droits sont automatiquement prolongés après actualisation de leur situation.

Sans-papiers: «la situation est plus difficile que d’habitude»

La situation des étrangers en situation irrégulière reste quant à elle très difficile, assure Fabien Caron, éducateur spécialisé à l’Association stéphanaise de prévention individuelle et collective (Aspic):

«Les sans-papiers souffrent beaucoup du confinement. Le peu d’aides qu’ils perçoivent, moins d’une centaine d’euros pour manger, doit être retiré au Trésor Public. Or les agences sont fermées, il faut prendre rendez-vous et cela génère des retards. La situation est encore plus difficile que d’habitude

Bénéficiaires plus exposés aux risques

Selon le ministère des Solidarités et de la Santé, 4,25 millions de personnes sont allocataires d’un minimum social. «Avec les conjoints et les enfants à charge, environ 7 millions de personnes, soit 11% de la population, sont couvertes par les minima sociaux».

Dès le 17 mars, ATD Quart-Monde alertait l’État sur «les démarches qui ne sont plus réalisables qu’en ligne [et qui] font craindre des ruptures de droits chez des personnes qui ont un accès limité aux outils numériques ou qui les maîtrisent mal».

L’association rappelle par ailleurs que «les personnes déjà en grande difficulté, l’épidémie et le confinement sont encore plus angoissants et difficiles à vivre que pour le reste de la population».

Trêve hivernal jusqu’au 31 mai

Le gouvernement a prolongé jusqu’au 31 mai la trêve hivernale qui interdit toute expulsion locative. Les coupures d’électricité, de chauffage et de gaz pour non-paiement des factures sont également interdites pendant cette période de trêve hivernale prolongée.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×