À la une | 22/06/2018

La pharmacie mutualiste des Canadiens menacée de fermeture

La pharmacie mutualiste de l'avenue des Canadiens, à Saint-Étienne-du-Rouvray (photo), ainsi que celles de Oissel, de Cherbourg et du Havre pourraient fermer à une échéance pour le moment non communiquée, selon Jean-François Florin, délégué syndical CFE-CGC. Ces fermetures seraient l'une des conclusions du Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) annoncé le 14 mai dernier aux 1.500 salariés de la Mutualité française de Normandie.

Vendredi 22 juin, le PSE serait «en cours de signature» selon Bruno Leroy représentant CFDT, dentiste mutualiste à Alençon, qui se refuse néanmoins à tout commentaire. La représentante FO, syndicat majoritaire dans l'entreprise, n'a quant à elle pas donné suite à nos demandes d'interview.
Selon le délégué CFE-CGC, non signataire du PSE, 14 postes seraient supprimés et 10 autres ouverts aux départs volontaires dans les pharmacies.
Côté dentaire, 36 agents d'accueil et secrétaires pourraient se voir proposer des départs volontaires. 9 postes administratifs seraient en outre supprimés au siège de Rouen, où la direction se refuse elle aussi à tout commentaire, malgré nos nombreuses demandes.
«Tous nos résultats sont à la hausse, je ne comprends pas pourquoi on nous ferme. Les chiffres présentés par la direction paraissent aberrants», a réagi Julien Delahaye, le pharmacien de l'officine stéphanaise qui reçoit entre 120 et 150 patients par jour.
Des salariés expriment des doutes sur la «pertinence» de ce PSE. «C'est pour cette raison que nous aurions aimé avoir un audit, cela nous aurait permis de savoir si les primes versées aux cadres dirigeants à leur départ après la fusion des cinq entités départementales en 2014 ont précipité le PSE», explique le délégué CFE-CGC.
Le 15 juin, Hubert Wulfranc adressait un courrier à Arthur Avis, directeur général de la Mutualité française, afin d'appuyer la demande du personnel qui, écrit le député, «souhaite obtenir légitimement des précisions sur les résultats des pharmacies du groupe pour apprécier la pertinence, ou non, du plan de suppression d'emplois annoncé».
Neuf jours auparavant le maire d'Oissel, Stéphane Barré, et la conseillère départementale Séverine Botte, signaient également une lettre adressée au directeur général de la Mutualité française de Normandie. Les élu.e.s appuyaient eux aussi la demande d'un audit formulée par les salariés.
Le maire recevra le pharmacien de l'avenue des Canadiens le 2 juillet.

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS