À la une | 17/04/2019

Frelon asiatique: repérer et faire détruire

Avec les beaux jours, le frelon asiatique est de retour. Cette espèce invasive est une menace pour la biodiversité et pour les personnes. Mais comment combattre ce tueur d’abeilles?

La piqûre d'un seul frelon asiatique n'est pas plus dangereuse que celle d'une guêpe ou d'un frelon européen, certes, mais il est risqué de s’y attaquer lorsqu’on n’est pas un professionnel formé et équipé, prévient Élodie Hospital, chargée d’études au Fredon Haute-Normandie, l’association de défense contre les organismes nuisibles qui coordonne, avec le groupement de défense contre les maladies des animaux (GDMA), la lutte contre le frelon asiatique en Seine-Maritime: «Il ne faut pas détruire un nid soi-même car le frelon asiatique attaque en groupe lorsqu’il se sent menacé. Cela peut représenter plusieurs milliers d’individus.» Le début du printemps reste le meilleur moment pour lutter contre cette espèce que les pouvoirs publics ont classé «danger sanitaire». Cette période correspond à la fondation des «nids primaires», plus accessibles et plus facilement repérables. «Le nid primaire est gros comme une orange, explique Élodie Hospital, il est installé à hauteur d’homme dans un abri de jardin, une haie ou sous une toiture.» Plus tard, entre mai et début août, la colonie construira un nid plus volumineux, pouvant atteindre un mètre de diamètre. Situé à grande hauteur, sa destruction en sera d’autant plus difficile et onéreuse. «La Ville apportera une aide financière de 50% du prix de la destruction des nids, dans la limite de 100 euros», assure le maire Joachim Moyse. La lutte contre cette espèce est importante car elle est responsable, selon la préfecture, de «la destruction de nombreuses ruches d’abeilles». «Les abeilles butineuses constituent 80% du régime alimentaire d’un frelon asiatique en ville et 45% dans les campagnes. La présence de 6 à 8 frelons actifs fait chuter de moitié l’activité de vol de la colonie d’abeilles», détaille la chargée d’études de Fredon. Les pièges sont enfin déconseillés, ajoute-t-elle: «Une étude du Muséum national d’histoire naturelle a montré qu’aucun piège n’était sélectif. Ils font plus de dégâts chez les autres espèces et favorisent même les frelons asiatiques!»
• La découverte d’un nid de frelon asiatique doit être signalée au 02.77.64.57.76,
la plateforme du Fredon et du GDMA. Les informations utiles et la liste des intervenants agréés par cette plateforme sont consultables sur frelonasiatique76.fr

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS