À la une | 12/04/2016

Des populations déplacées au Kurdistan Turc

L’association des familles kurdes stéphanaises alerte l’opinion publique sur le couvre-feu meurtrier imposé par le gouvernement Erdogan aux Kurdes au sud-est de la Turquie.

Peu d'informations filtrent sur le couvre-feu meurtrier imposé depuis décembre par Ankara aux habitants des villes du sud-est de la Turquie, majoritairement kurdes. Le 24 février, Sibel Yigitalp, la députée de Diyarbakir, la "capitale" du Kurdistan turc, alertait sur la situation de ces populations. L’élue du Parti démocratique des peuples (HDP) à l’Assemblée nationale turque faisant mention de plus de cent civils tués et de "tirs d’artillerie" de l’armée ayant entraîné "la destruction d’une grande partie des habitations et du patrimoine historique, et provoqué le départ forcé de dizaines de milliers d’habitants".
Selon Mehmet Yildiz, coprésident du Centre culturel et démocratique du Kurdistan de Rouen (CCDKR) dont le siège est stéphanais, et qui organisait, à l’initiative des communistes de Rouen, mardi 29 mars, une soirée de soutien pour la reconstruction de Kobané, "cette situation est peu relayée par les médias car la presse y est interdite". Ce dernier ajoutait que l’armée aurait mené des attaques à l’arme chimique dans les villes de Yüksekova et de Cizre. Ces crimes, toujours selon Mehmet Yildiz, viseraient à vendre les quartiers kurdes détruits à l’entreprise publique immobilière Toki, pilotée par l’AKP, le parti du président Erdogan. Les quartiers seraient ainsi rachetés par Toki "pour les vider de leurs populations kurdes majoritaires dans cette région".
"C’est une épuration dont personne ne parle, explique Thierry Foucault, sénateur communiste, d’après nos éléments, des dizaines de milliers de personnes sont poussées à l’exode." Selon un membre stéphanais du CCDKR, Aziz Erden, "la guerre ne profite à personne à part aux gros capitaux". Ce conflit aurait fait plus de 40 000 morts depuis 1984, selon le journal "Le Monde".

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS