À la une | 13/06/2018

Le champ de courses ferme pour travaux

Le champ de courses des Bruyères ferme ses portes au public à la mi-juin pour deux ans de travaux. Sa transformation en parc naturel urbain soulève des interrogations chez les riverains.

Le plus grand espace vert non forestier de l’agglomération s’apprête à fermer ses portes au public pendant deux ans. L’annonce a surpris la centaine de riverains venus le 24 avril à la dernière réunion publique avant le lancement des travaux. Ces riverains ont en effet affirmé que la Métropole ne leur avait jamais parlé de fermeture totale du site: « Nous aurions préféré pouvoir garder un œil sur les travaux", explique Marie-Claude Martin, présidente de l’association Champ de courses des Bruyères ensemble. L’association reste toutefois plutôt favorable au projet tel qu’il a été dessiné : "Le projet n’est pas parfait, estime Marie-Claude Martin, mais il a le mérite de laisser le site en espace vert assez sauvage plus ou moins respectueux de la biodiversité existante."
Après une phase préliminaire commencée mi-mai, qui aura notamment consisté à couper quelques peupliers sur la partie stéphanaise du site, l’ancien champ de courses des Bruyères entamera donc dès la mi-juin sa transformation en "parc naturel urbain". Cette transformation se traduira notamment par le transfert de l’entrée principale du site sur sa partie stéphanaise, du côté de la cité Verlaine. La voie actuellement désaffectée qui borde la partie sud de l’ancien hippodrome (inscrite comme "allée du Champ de courses" sur le plan) sera ouverte aux circulations piétonne et automobile sous le nom de "promenade des Callunes" en rappel de cette bruyère qui a donné son nom au quartier. La nouvelle voirie accueillera 160 places de parking et six pour les autocars. À l’angle de cette promenade des Callunes et de l’avenue des Canadiens se tiendra la Maison du parc où seront aménagés plu- sieurs espaces d’accueil, dont une buvette, un point de vente de produits bio et une cuisine pédagogique, ainsi que 70 places de stationnement supplémentaires. La connexion avec la cité Verlaine sera entièrement réaménagée.
Côté rue du Madrillet, huit ouvertures permettront l’accès des piétons au parc, notamment depuis l’arrêt de métro Champ de courses. Enfin, l’accès au futur site sera renforcé grâce à l’ouverture, en 2019, de la ligne de bus T4. Ces aménagements se feront toutefois "à grand renfort de pelletées de terres rapportées par camions entiers", alerte l’association de riverains.
Autant de moyens et d’engins lourds qui contrastent avec les objectifs affichés par la Métropole, maître d’œuvre des travaux: "Nous avons une biodiversité très riche mais pas très démonstrative, c’est une biodiversité du brin d’herbe, expliquait le 24 avril dernier Johann Petit, en charge du dossier à la Métropole, en remplacement d’Audrey Hirbec. Nous allons donc effectuer un travail très fin pour garantir cette biodiversité, qu’elle puisse s’exprimer et vienne même s’enrichir de manière très forte."
L’apport de terres extérieures au site et le "scalpage" du sol existant sont justifiés, explique-t-on à la Métropole, par "le passé militaire du site" qui l’aurait pollué en profondeur, du fait notamment des hôpitaux qui y stationnaient durant les deux guerres mondiales. Mais aussi par le projet d’implantation d’une ferme permacole sur la partie stéphanaise du site (lire encadré), pointe quant à elle Marie-Claude Martin: "Ces terres seront chargées de graines qui peuvent se transformer en espèces invasives qui nuiront à la biodiversité."
De son côté, Johann Petit assure que ces terres rapportées seront "saines", préférant mettre en avant les aménagements destinés au maintien de la biodiversité, parmi lesquels un pré-verger, une forêt de comestibles, une lande à callunes, des prairies pâturées, etc. Le responsable de projet se voulant également rassurant sur le sort des arbres bordant le site. Lors de la réunion publique du 24 avril, avait été en effet annoncé qu’ "un certain nombre" d’entre eux serait coupé "pour des raisons de sécurité".

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS