À la une | 3/01/2019

Ordures ménagères: une collecte au lieu de deux

Les ordures ménagères ne seront collectées qu'une fois par semaine, le jeudi, au lieu de deux à partir du 7 janvier. Mais la taxe qui finance leur collecte ne diminue pas. Pourquoi ?

Les bacs gris ne seront sortis que le jeudi à partir du 7 janvier. Conséquence de la réduction des « ordures ménagères résiduelles » (OMR, celles qui restent après le tri), cette décision de la Métropole intervient alors que la taxe d'enlèvement des ordures ménagères a légèrement augmenté en raison de la révision annuelle de la valeur locative (le taux reste quant à lui inchangé). « Cette seconde collecte servait très peu, explique Jocelyne Grout, en charge du dossier à la Métropole. La production des déchets ménagers est à la baisse depuis des années mais nous avons différé sa suppression dans les dix dernières communes concernées pour que les gens n'aient pas la sensation d'être privés d'un service. » Seuls l'habitat individuel et l'habitat collectif inférieur à dix logements sont concernés.

La taxe ne couvre pas le coût réel
De 308,7 kg par an et par habitant en 2011 à 284 kg en 2017, la baisse des OMR est notamment liée « à l'extension des consignes de tri en octobre 2016 [qui] a permis de détourner une partie du flux vers les déchets ménagers recyclables », indique la Métropole. Preuve en est donc que les habitants agissent pour réduire leurs déchets et donc le coût de leur enlèvement. Alors pourquoi ne pas baisser la taxe qui le finance ? « La taxe ne couvre pas le coût réel du service, répond Loïc Bertrand, adjoint à la maîtrise des déchets à la Métropole. Moins de collectes évite aussi que la taxe n'augmente davantage. » Sur les 65,7 millions d'euros de fonctionnement de ce service public (+4 % en 2017), 14 millions sont en effet abondés par le budget général de la Métropole (-6,1 % en 2017).
La baisse des déchets verts (-15 % entre 2016 et 2017) ne semble pas non plus avoir eu d'effet sur la taxe. « Les collectes de janvier, février et décembre seront supprimées car les tonnages y étaient faibles, ajoute Jocelyne Grout. Nous encourageons les habitants à composter leurs déchets organiques et à broyer leurs végétaux. » Sauf que la Métropole a cessé son aide à l'achat de bac à compost. L'achat d'un broyeur efficace se chiffre quant à lui à plusieurs centaines d'euros…
• Pour tout renseignement : 0 800 021 021.

> Téléchargez le guide des déchets 2019

Picto commentaire ajouter un commentaire

Picto rss s'abonner à ce fil RSS