Dépêche | 08/06/2018

Joachim Moyse réagit au protocole d’accord signé par l’intersyndicale du CHR avec l’Agence régionale de santé

Le maire Joachim Moyse se réjouit de la sortie de crise favorable au Centre hospitalier du Rouvray. L’annonce de la création de 30 postes donne satisfaction aux soignants grévistes, mettant ainsi un terme à une grève de plus de deux mois et demi, et à une grève de la faim, entamée le 22 mai dernier.
Ce conflit, long et éprouvant, a été porté par une intersyndicale soudée et des personnels désespérés de ne plus pouvoir exercer leurs métiers dans des conditions raisonnables et dignes vis-à-vis des patients accueillis. Il illustre l’état de fragilité du secteur psychiatrique, parent pauvre du système sanitaire français, lui-même en crise aiguë.
La mobilisation de ces personnels a suscité beaucoup d’émoi et recueilli un soutien, au niveau local et national. Nul ne peut rester indifférent à la souffrance exprimée par des soignants dont les conditions de travail ne leur permettent plus d’assurer le niveau de bienveillance qu’ils ambitionnent.
La question de la santé mentale et des moyens alloués pour permettre la prise en charge des malades nous concernent tous. Depuis des années, à l’échelle de la Ville, nous pointons les difficultés quotidiennes, sur un territoire comme le nôtre, à traiter la souffrance psychosociale d’une partie de nos habitants.

Picto rss s'abonner à ce fil RSS