La ville en couleurs

Avec un vaste programme d’animations estivales baptisé « La Ville en couleurs », la municipalité souhaite se projeter vers l’avenir après ces longues semaines où la vie des Stéphanais a été comme mise entre parenthèses.

Une bouffée d’oxygène ! Un grand coup de vent pour emporter les longues semaines de confinement loin derrière nous. C’est toute l’ambition du large programme d’animations estivales concocté par la Ville et baptisé « La ville en couleurs ». « Pourquoi ce titre qui va nous servir de fil rouge tout au long de l’été ? Parce qu’il nous a semblé qu’après cette période où nous avons manqué d’air, il était temps de prendre une grande respiration. Après ces heures sombres où notre existence a été comme mise entre parenthèses, la couleur est synonyme de vie, d’échange, de joie retrouvée », assure le maire, Joachim Moyse, qui a chargé sa nouvelle équipe municipale de fédérer les énergies pour aboutir à ce résultat où chaque service a mis en commun ses compétences pour toucher tous les publics. Édouard Bénard, le nouvel adjoint en charge notamment de la culture et des sports, est l’un des artisans de ce vaste chantier qui a nécessité une importante coordination entre services et acteurs de terrain.

« Le confinement a libéré des énergies »

« Paradoxalement, le confinement a libéré des énergies dont nous voulons profiter. C’est pourquoi nous souhaitons associer au maximum les habitants à l’image des fresques participatives qui vont se dérouler tout au long de l’été. Au départ, nous pensions à un concours de dessins. Et puis petit à petit, l’idée de faire dessiner directement les habitants sur les murs de leur quartier s’est imposée », assure l’élu qui n’oublie pas que la crise sanitaire va peut-être contraindre une partie des Stéphanais, pour différentes raisons, à rester chez eux plutôt qu’à partir en vacances. « Il fallait penser à eux en amplifiant ce que nous mettions déjà en place durant l’été. » Évidemment, chaque événement nécessite une réflexion en amont pour s’assurer que le maximum de précautions sanitaires soit pris. « Mais cela ne doit pas freiner notre envie de se retrouver. La solidarité : une partie de notre ADN Il faut peut-être envisager d’autres façons de faire, privilégier les activités de plein air, réinventer le vivre ensemble. Mais pour notre commune, où la solidarité est une partie de notre ADN, il faut à tout prix lutter contre la tentation de l’isolement en profitant de toutes les opportunités qui vont s’offrir à nous durant l’été. Et en les provoquant lorsqu’il le faut », continue Joachim Moyse qui a souhaité pour construire ce programme de rendez-vous s’appuyer sur le tissu associatif local, également éprouvé par les conséquences de l’épidémie. Et qui a lui aussi bien besoin de retrouver des couleurs.

Les temps forts de la ville en couleurs

Les fresques participatives

En juillet et août, des fresques ont été réalisées dans tous les quartiers de Saint-Étienne-du-Rouvray par des artistes aux profils différents. Les habitants ont été invités à s’associer à leur réalisation. À la fin de l’été, 15 fresques ont ainsi vu le jour dans les cours, sur les places ou les trottoirs.
La direction artistique de cette initiative a été assurée par La Karavan pass. Ont contribué à cette remise en couleurs de la ville: inkOj, Prisme, le collectif Le Presse cervelle, Jean-Luc goupil, Idem, Prisme&Fkit!, Lksir, Marie Mellier, Mozaik, MC Varin, Fkit ! Alexis Le Pesteur, Lise Le Bonniec, Kejo.

Un parcours pour admirer les fresques
Téléchargez le plan imprimable et partez à la découverte de 15 fresques réalisées tout au long de l’été dans la ville.

Mettons des couleurs aux fenêtres

Les Stéphanais sont eux-aussi invités à se joindre à la mise en couleurs de la ville en affichant sur leurs fenêtres, sur leurs balcons ou dans leur jardin des compositions colorées. Que ce soit avec des fleurs, des dessins, des tissus, l’objectif est d’apporter sa touche personnelle pour embellir les rues et les places de la commune.

Des photographies XXL

Les membres de l’atelier photo du centre socioculturel Jean-Prévost vont voir leurs clichés s’afficher en format XXL au Château blanc, sur les façades du centre socioculturel et de la Maison du citoyen. Le thème retenu : l’abstraction avec une série très colorée réalisée l’année dernière qui se sert des lieux et des objets qui nous entourent pour créer un ensemble de formes géométriques étonnantes. À découvrir tout l’été.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×