Les pôles urbains

vervevervvvvvefv

À l’origine bourg rural de 500 âmes en bordure de Seine, Saint-Étienne-du-Rouvray s’est développée le long de cet axe naturel, puis du chemin de fer, au fil de son industrialisation (rail, textile, métallurgie, papier).

Après la Seconde Guerre mondiale, la ville a poursuivi son essor vers le plateau du Madrillet, à l’ouest, jusqu’à atteindre ses 29180 habitants d’aujourd’hui, après un pic démographique de 37 000 habitants au milieu des années 1970.

Une ville, plusieurs lieux de vie

Cette « conquête de l’ouest » a cependant été contrainte au nord par l’enceinte du centre hospitalier du Rouvray (80 hectares et deuxième hôpital psychiatrique de France en termes de patients) et au sud par la forêt, créant un goulot entre la partie ancienne et le plateau du Madrillet.

Ces deux grandes entités dénommées, à l’est, « la vallée de Seine » et, à l’ouest, « le plateau du Madrillet », sont toutefois aujourd’hui remaillées grâce à la création, dans les années 2000, du quartier des Cateliers, et, aujourd’hui, du quartier de l’Orée du Rouvray.

Du Technopôle du Madrillet abritant le Campus Sciences et Ingénierie jusqu’au Parc naturel urbain du Champ des Bruyères, le plateau embrasse à l’ouest de la ville une grande diversité d’activités et d’ambiances urbaines.

Au cœur de cette diversité citadine articulée par la ligne de métro-bus (tramway), se trouvent le quartier commerçant du Château blanc et celui des Aviateurs. Ces deux quartiers, et plus largement le plateau du Madrillet, sont aujourd’hui au centre du [Actualités/Les projets urbains] Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) avec la création à l’horizon 2022 d’une médiathèque en bordure de la rue du Madrillet.

Avec ses zones commerciales dynamiques (Technopôle, Triangle, Renan) et son grand marché du mercredi matin (place de la Fraternité), le Château blanc constitue le cœur battant du plateau. Il est irrigué par les grandes artères du « métro » et de l’avenue des Canadiens.

La partie nord du plateau bénéficie quant à elle de la proximité du Parc naturel urbain du Champ des Bruyères. Ce sont les quartiers de la Cité Verlaine et Joliot-Curie.

Enfin, maillon avancé du plateau en direction de la partie ancienne, se trouve le quartier des Castors et du collège Louise-Michel.

D’abord blotti autour de l’église du XVIe siècle, le cœur historique de Saint-Étienne-du-Rouvray s’étend le long de l’ancienne voie romaine. Il s’étend des ateliers SNCF de Quatre-Mares, au nord, jusqu’au rond-point des Vaches, et au-delà, avec le quartier des Première et Deuxième Avenues, à l’extrême sud.

  • Au sud, se trouve le quartier Hartmann-la Houssière dont le cœur est structuré par l’espace Célestin-Freinet ludothèque, centre social, Maison de la famille) et ses commerçants.
  • Le centre ancien est quant à lui composé des deux axes marchands avec les rues Ambroise-Croizat et Léon-Gambetta. On y trouve tous les [Page filtrée l’annuaire des services et commerces] commerces de proximité nécessaires à la vie de tous les jours : commerces de bouche, fleuriste, marchand de journaux, restaurants, pharmacies, cafés, supérettes, toiletteur, auto-école, etc.
  • Plus à l’ouest, se trouve la zone d’activités de la Vente Olivier, les 85 hectares du futur grand quartier Claudine-Guérin à l’horizon 2040 (2 300 logements), le centre culturel Le Rive Gauche, le parc Henri-Barbusse et le parc omnisports Youri-Gagarine.
  • Vers Quatre-Mares et le Centre hospitalier du Rouvray, au nord, se trouve la Cité des Familles, quartier historique des cheminots actuellement en cours de rénovation urbaine. En bordure de la Cité des Familles, se trouvent les maisons suédoises, données aux cheminots stéphanais par leurs collègues et camarades suédois lors de la reconstruction d’après-guerre.
  • À l’extrême nord, face au centre hospitalier du Rouvray, le nouveau quartier Saint-Yon est récemment sorti de terre à proximité de plusieurs enseignes de la distribution.

Quatre grandes entrées de ville font respirer le poumon économique de Saint-Étienne-du-Rouvray, le long des grands axes routiers du boulevard Lénine, de la RD18E, de la rocade Sud et de l’avenue des Canadiens. Autant d’axes qui, en partie, constituent le « périphérique » sud de la Métropole Rouen Normandie.

  • L’entrée de ville « Avenue des Canadiens » (RD938) qui relie Rouen à l’A13 en direction de Paris et de Caen accueille le plus important pôle hôtelier de la métropole et de nombreux restaurants. L’avenue des Canadiens couvre la façade ouest de la ville, du Technopôle du Madrillet au rond-point des Bruyères. Cet axe est également bordé, sur son côté occidental, du  Zénith de Rouen et du Parc des Expos.
  • L’entrée de ville « Centre commercial du Technopôle » est située au débouché de la Rocade Sud et de l’avenue des Canadiens. Elle dessert l’un des pôles commerciaux importants de la métropole. Avec son hypermarché, sa galerie commerciale et les grandes surfaces environnantes (jardinerie, outillage, fournitures, alimentaire), cette entrée de ville attire une clientèle qui dépasse largement les limites communales. Elle joue aussi un rôle de proximité pour les habitants du plateau du Madrillet.
  • L’entrée de ville « Zones d’activités de la Chapelle et de l’Étang » est plus connue sous son appellation « rond-point des Vaches », de renommée nationale, voire européenne. Connectant la RD18E au boulevard Lénine, le rond-point des Vaches distribue deux zones d’activités, celle de l’Étang, avec son parc d’hôtellerie-restauration, et celle de la Chapelle, avec ses commerces et services.
  • L’entrée de ville « Rouen Multi-marchandises Pôle Poulmarch » est quant à elle située sur le boulevard Lénine à l’angle de la rue Michel-Poulmarch et du Clos-Tellier. S’y trouve une offre tournée vers la clientèle salariée des zones d’activités environnantes : restauration, intérim, services de poste et crèche inter-entreprises.

Signalez un problème sur cette page
Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×